RN 21 – Déviation d’Adé (65) – Assistance pour la recherche de terrains compensatoires

Dans le cadre du projet de déviation de la commune d’Adé (65) par la RN21, le groupement Nymphalis/IF Consultants a été retenu par la DREAL, maître d’ouvrage de l’opération, pour assister cette dernière dans la recherche et l’identification de parcelles compensatoires afin de compléter les dossiers de demande de dérogation « espèces protégées » et d’autorisation Loi sur l’Eau en cours d’élaboration.

Cette mission est progressive et se compose notamment :

  • D’une analyse environnementale et foncière des opportunités foncières du maître d’ouvrage,
  • De l’établissement des plans de gestion des parcelles compensatoires retenues,
  • Des phases de négociation avec les propriétaires, exploitants et ayant droit, pour la mise en œuvre des mesures proposées dans les plans de gestion,
  • De l’établissement des conventions et de tous éléments nécessaires à la conclusion des actes notariés.

Une première mission a été lancée cet été 2016 et avait pour objectif d’analyser du point de vue écologique, environ 300 ha de parcelles. Une expertise des habitats naturels, de la faune et de la flore et des sondages pédologiques ont été menés sur ces terrains dans la perspective d’évaluer leur potentiel en termes d’actions de gestion.


Gestion pastorale des milieux méditerranéens

Depuis ce début d’année 2016, le bureau d’études Nymphalis s’est associé à deux éleveurs du massif des Corbières afin de proposer leurs services conjoints dans la gestion pastorale des milieux méditerranéens (pelouses, garrigues, friches, …).

Ce projet est né d’un besoin grandissant dans la gestion de ces habitats, besoins au titre des mesures compensatoires, mais aussi dans le cadre de démarches volontaristes (Natura 2000, Espaces Naturels Sensibles, DFCI, …).

L’objectif est de proposer une gestion pastorale la plus efficace possible sur les habitats et les espèces ciblés dans le cadre de la gestion, en croisant les regards de naturalistes et d’éleveurs expérimentés dans leurs domaines respectifs.

C’est aussi proposer une offre complète de gestion et de suivi écologique aux maîtres d’ouvrage, éléments souvent indissociés dans le cadre de la prise d’arrêtés d’autorisation d’aménagement.

Pour plus de renseignements, vous pouvez joindre Nymphalis mais aussi consulter la plaquette de présentation téléchargeable ICI


Elaboration des études environnementales dans le cadre de l’élaboration ou de la révision des PLU des Communes du SICOVAL

Le groupement Atelier ATU/NYMPHALIS a été retenu dans le cadre d’un appel d’offres porté par la Communauté d’agglomération du sud-est Toulousain, le SICOVAL, pour la réalisation des études environnementales dans le cadre de l’élaboration ou la révision des documents d’urbanisme des communes du territoire.

NYMPHALIS et l’Atelier ATU sont particulièrement enthousiastes à l’idée de réaliser ces missions qui, de par leur diversité et leur difficulté, notamment pour concilier enjeux environnementaux, ruraux et urbains, constitueront des références importantes pour notre groupement.

Carte du SICOVAL ( Adrien PUKROP - Atelier ATU)
Carte du SICOVAL ( Adrien PUKROP – Atelier ATU)

Dans le cadre de cette mission, le groupement est chargé de la réalisation de la partie environnementale des études nécessaires à l’approbation des documents d’urbanisme comme :

  • Les états initiaux de l’environnement ;
  • Les évaluations environnementales ;
  • Les demandes d’examen au cas par cas auprès des services de l’Etat quant à la nécessité de réaliser une évaluation environnementale ;
  • etc.

Nymphalis prend en charge les volets milieux naturels de ces études et réalisera des prospections naturalistes à l’échelle des communes et des parcelles en projet, élaborera des cartes d’enjeux hiérarchisés, définira les continuités écologiques en prenant en compte les documents supra-communaux, etc.


Abattage des platanes le long du Canal du Midi – Pose de nichoirs et suivi écologique

Le groupement de bureaux d’études NYMPHALIS/SIMETHIS a été retenu dans le cadre d’un appel d’offres porté par Voies Navigables de France dont l’objectif est la fabrication, la pose et le suivi de 800 nichoirs en faveur de l’avifaune cavicole et des chauves-souris arboricoles.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la campagne d’abattage des platanes qui a nécessité la réalisation d’un dossier de demande de dérogation pour destruction d’espèces protégées.

Canal du midi (Ludovic Lubeigt - Flickr)
Canal du midi (Ludovic Lubeigt – Flickr)

Pour cette mission, le groupement de bureaux d’études s’est assisté de la SCOP toulousaine SYMBIOSPHERE qui assurera la conception, la fabrication et la pose des nichoirs. D’autres partenaires (ARBOSPHERE et CYPRÈS DE MON ARBRE) interviendront également pour la pose des nichoirs.

Cette mission comprend deux campagnes de pose qui se dérouleront selon la chronologie suivante :

  • Repérage des secteurs de pose sur la base de critères écologiques et fonciers,
  • Fournitures de nichoirs à oiseaux et chiroptères,
  • Pose des nichoirs en fin d’hiver,
  • Suivi de la colonisation des nichoirs par les oiseaux et les chauves-souris.

Cette mesure, si elle a pleinement démontré son efficacité sur les oiseaux, et notamment le Rollier d’Europe, la Huppe fasciée, la Chouette chevêche, est à un stade expérimental pour les chiroptères. Les résultats de ce suivi écologique présenteront donc un certain intérêt et pourront être valorisés.


Encadrement écologique du projet Technopôle Agen Garonne

Le bureau d’études NYMPHALIS a été dernièrement retenu dans le cadre d’un appel d’offres porté par l’Agglomération d’Agen afin d’assister cette dernière dans le respect de ses engagements environnementaux pris notamment dans le cadre d’une procédure de demande de dérogation pour destruction d’espèces protégées.

Cette mission, dans le cadre des travaux, présente plusieurs objectifs :

  • Une veille sur le calendrier des travaux,
  • Une information et une sensibilisation des entreprises de travaux au respect des balisages écologiques,
  • Des contrôles inopinés afin de s’assurer du respect des mesures écologiques,
  • Une campagne de sauvetage d’amphibiens et de reptiles,
  • Un diagnostic sanitaire d’arbres afin d’évaluer la présence du Grand Capricorne et de chauves-souris arboricoles,
  • Une assistance à l’abattage d’arbres favorables au Grand Capricorne et aux chauves-souris arboricoles,
  • Une assistance dans la prise en compte des espèces végétales à caractère invasif.

En sus, et afin d’évaluer le réel impact du projet sur la biodiversité, et des mesures d’accompagnement, des mesures de suivis écologiques seront mises en œuvre sur les amphibiens, les oiseaux nicheurs et d’autres groupes faunistiques.

Enfin, des mesures compensatoires extérieures à l’emprise de la Technopôle Agen Garonne seront engagées. En amont, NYMPHALIS rédigera les plans de gestion de ces sites et assurera le suivi écologique dans la perspective d’évaluer le gain écologique apporté par ces mesures compensatoires.


Concilier enjeux écologiques et pratiques agricoles

Print - copie

Dans le cadre de l’élaboration du plan de gestion d’un complexe de 200 ha de zones humides dans le département de l’Aude (commune de Belvis), le bureau d’études NYMPHALIS interviendra jeudi 17 septembre lors d’un groupe de travail agricole organisé par la Chambre d’Agriculture de l’Aude.

Zone humide, Belvis
Zone humide, Belvis

L’objectif de cette intervention sera :

  • de présenter les caractéristiques des zones humides de Belvis,
  • de s’attacher à décrire leurs rôles et fonctions,
  • de comprendre les pratiques agricoles ayant lieu au sein de leur zone d’influence,
  • d’évaluer les conséquences positives et négatives de ces pratiques,
  • de définir des objectifs concertés de maintien ou d’amélioration des pratiques actuelles.

Cette réunion vise à présenter les fonctions assurées par les zones humides (fonctions épuratrices, de maintien des sols, d’accueil de la biodiversité,…). Elle a aussi pour objectif de comprendre les impératifs des agriculteurs en termes d’exploitation et de répondre à leurs interrogations légitimes.

Nous avons souvent tendance à opposer agriculture et écologie. D’un côté, les écologues rappellent que l’intensification de l’agriculture est la seconde cause d’érosion de la biodiversité, de l’autre, les agriculteurs sont éprouvés par l’application de normes environnementales souvent incomprises. Des synergies sont toutefois évidemment possibles. Un habitat en bon état de conservation sera plus productif et donc plus rentable à l’exploitation. Il sera aussi un lieu d’accueil pour la biodiversité. Donc, une source de satisfaction réciproque !

Le plan de gestion est ici un outil de médiation nécessaire basé sur une démarche volontariste de l’exploitant agricole.

Rappelons simplement que les agriculteurs sont les premiers gestionnaires d’espaces naturels, les seconds sont les forestiers et les troisièmes sont les chasseurs.

Les écologues ont donc tout intérêt à se rapprocher de ces trois acteurs du territoire s’ils veulent voir des actions concrètes et pérennes se mettre en place en faveur de la biodiversité. Ceci passe par un exercice parfois difficile de pédagogie et d’accessibilité. Le vœu de NYMPHALIS est que cette expérience locale trouve une résonnance nationale !!


Accompagnement écologique des travaux de remblaiement et de viabilisation de la plateforme nord du Port de Port-la-Nouvelle (11)

Le groupement NYMPHALIS/Atelier Régional de Paysage et d’Architecture de l’Environnement a été retenu cet été 2015, dans le cadre d’un appel d’offres lancé par la Région Languedoc-Roussillon pour une mission d’assistance écologique et paysagère des travaux de remblaiement et de viabilisation de la plateforme nord du Port de Port-la-Nouvelle dans le département de l’Aude (11).

Ce secteur littoral est connu pour accueillir une grande richesse floristique et faunistique. En témoigne la création en 2009 de la Réserve Naturelle Régionale de Sainte-Lucie, vaste complexe associant partènements de salins désaffectés, dunes, steppes, prés et fourrés halophiles. Ce site est par exemple l’un des seuls lieux en France à abriter le Statice diffus (Myriolimon diffusum), espèce végétale protégée en France.

C’est donc avec raison que le projet de plateforme nord nécessite la mise en place de mesures d’intégration écologique.

Les missions de NYMPHALIS consisteront ainsi à :

  • Repérer, prélever et transplanter des espèces végétales protégées (Statice de Girard, Statice de Provence, Buplèvre glauque, Euphorbe de Terracine). Cette mission est encadrée par le Conservatoire Botanique Méditerranéen,
Port-la-Nouvelle, 09/07/2015
Grand Statice (Limoniastrum monopetalum)
Statice de Girard (Limonium girardianum)
  • Baliser les stations d’espèces végétales en marge de la zone de travaux,
  • Réaliser des audits réguliers en amont et en phase de travaux afin de s’assurer que les entreprises intervenantes respectent bien les engagements pris par la Région LR.

NYMPHALIS est heureux de participer à ce projet qui s’inscrit plus largement dans un projet ambitieux d’extension du port de Port-la-Nouvelle et sera à l’origine d’une dynamique économique forte avec l’implantation et le renforcement des activités de l’espace portuaire, créatrices d’emplois.

De plus, ce projet se situe à la jonction des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, proche de l’agglomération narbonnaise, ancien et actuel carrefour de voies stratégiques pour le déplacement des Hommes et le transport de marchandises. Ce projet vient donc renforcer l’intérêt, notamment économique mais aussi territorial, de la fusion à venir des deux grandes régions précitées.

 


Histoire de naturaliste #1 : les plantes messicoles

Juste avant les moissons du début d’été, intéressons-nous aux espèces « clandestines » qui y vivent : les plantes messicoles, étymologiquement  « qui habitent les moissons » :

Les espèces messicoles affectionnent donc les cultures extensives annuelles (pas de traitements herbicides), régulièrement perturbées afin d’éliminer la concurrence d’espèces vivaces. Elles disparaissent naturellement d’une parcelle mise en jachère, du moins, elles ne s’y développent pas et demeurent invisibles sous forme de semences dans la banque du sol. Certaines de ces espèces, qui ont un pouvoir de multiplication très important, comme le coquelicot commun (Papaver rhoeas), sont encore communes de nos jours bien que leur abondance soit sans commune mesure avec celle qui prévalait jadis.

Champ de céréale hébergeant encore plusieurs milliers de pieds de coquelicots
Champ de céréale hébergeant encore plusieurs milliers de pieds de coquelicots

En fait, plusieurs catégories de plantes accompagnent les cultures : une bonne part concerne des plantes non spécialisées que l’on peut également retrouver dans d’autres types de milieux (prairies, grèves, friches, etc.) ; les messicoles, au sens strict, qualifient des espèces annuelles à germination automnale qui sont considérées comme commensales des cultures, c’est-à-dire qui ne peuvent survivre en dehors du champ mais qui ne nuisent pas de manière significative au développement de la céréale. Quelques espèces vivaces à bulbe à développement hivernale et fugace y sont également associées comme les tulipes, les glaïeuls ou les gagées.

Gagée des champs, petite espèce bulbeuse messicole à floraison très précoce (en mars dans le sud de la France)
Gagée des champs, petite espèce bulbeuse messicole à floraison très précoce
(en mars dans le sud de la France)

Un Plan National d’Action en faveur de la sauvegarde des plantes messicoles (téléchargeable sur le site du Ministère de l’Écologie : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Plan-national-d-actions-2012-2017.html) est actuellement mis en œuvre en France. Il concerne une centaine d’espèces qui sont menacées de disparition à plus ou moins longue échéance. Quelques espèces messicoles sont présentées ci-dessous :

Adonis annuelle, espèce encore répandue et parfois assez commune en France
Adonis annuelle, espèce encore répandue et parfois assez commune en France
Garidelle, l’une des rares espèces messicoles protégées, devenue rarissime en France
Garidelle, l’une des rares espèces messicoles protégées, devenue rarissime en France

En effet, toutes ces plantes messicoles sont désormais très menacées dans les pays bénéficiant d’une agriculture mécanisée à haut niveau d’intrants. Elles sont surtout menacées par l’uniformisation des cultures et l’emploi de biocides. La sauvegarde de ces plantes, à l’échelon national, dépend exclusivement de l’orientation que la société donnera désormais à son agriculture, plutôt que de la sauvegarde locale d’un habitat particulier. Par ailleurs, la majorité de ces espèces ne possèdent plus de populations sauvages hors du champ cultivé. La responsabilité de leur sauvegarde du pays qui les héberge encore s’en trouve ainsi renforcée.

Toutes ces espèces possèdent, en effet, des ancêtres qui devaient se développer au sein d’habitats dit primaires (non altérés par l’Homme) avant le néolithique. Elles représentent en fait le pendant non volontaire, de la sélection opérée depuis des millénaires par le cultivateur sur les céréales. Aussi, un contingent important de ces espèces est originaires des habitats steppiques du Croissant fertile, berceau de la domestication des principales céréales cultivées aujourd’hui (hormis le maïs). Ce premier contingent s’est ensuite enrichi d’autres espèces au fil de la progression de la néolithisation selon deux voies, au travers de l’Europe, d’une part, et, du Maghreb, d’autre part.

Ainsi, nous évoquerons ici deux exemples particulièrement représentatifs de la gent messicole : la Nielle des blés (Agrostemma githago) et l’Ivraie enivrante (Lolium temulentum). Ces deux espèces autrefois considérées comme très communes, voir banales, sont issues de la sélection involontaire de populations autochtones au Proche-Orient, respectivement d’Agrostemma gracile et de Lolium persicum.

Nielle des blés, espèce messicole très commune jadis, devenue rare, voire très rare en France. Espèce issue par sélection involontaire au sein du champ cultivé d’une espèce sauvage des steppes de l’Est de la Méditerranée
Nielle des blés, espèce messicole très commune jadis, devenue rare, voire très rare en France. Espèce issue par sélection involontaire au sein du champ cultivé d’une espèce sauvage des steppes de l’Est de la Méditerranée

Ainsi, les premiers champs de céréales, il y a 10 000 ans pour schématiser, de la région Proche Orientale devait être des habitats favorables pour le développement de ces deux espèces indigènes annuelles des pelouses steppiques. Au fur et à mesure de l’évolution des pratiques de culture des céréales (date des semailles, sélection volontaire pour la taille des grains, dates de récolte, etc.), une sélection s’est produite au sein des populations de ces espèces au point de les faire diverger morphologiquement des populations restées sauvages. L’adaptation aux pratiques culturales a été poussée à un tel point, pour ces deux espèces, qu’elles sont désormais considérées comme des espèces différentes des populations sauvages d’origine. Ces « nouvelles » espèces messicoles sont particulièrement bien adaptées au cycle cultural des céréales d’hiver, des légumineuses annuelles et du lin. Les graines de ces deux espèces vont ainsi jusqu’à mimer la taille et le poids de celle des céréales, notamment du blé. Mieux, d’autres variétés morphologiquement différentes de Lolium temulentum, appelées Lolium remotum se sont adaptées à d’autres cultures comme celle du lin à partir du même ancêtre commun Lolium persicum.

Ivraie enivrante, espèce messicole très commune jadis, devenue rarissime en France. Espèce issue par sélection involontaire au sein du champ cultivé d’une espèce sauvage des steppes de l’Est de la Méditerranée
Ivraie enivrante, espèce messicole très commune jadis, devenue rarissime en France. Espèce issue par sélection involontaire au sein du champ cultivé d’une espèce sauvage des steppes de l’Est de la Méditerranée

Le pouvoir d’adaptation particulièrement important de ces deux espèces à une culture particulière est devenu leur Talon d’Achille après la révolution agricole et, notamment la conjonction du tri performant des semences (très délicat avant car les graines sont similaires en taille ou en poids à celles de la culture hôte) et des traitements herbicides. En effet, après avoir occupé jadis probablement tous les champs de céréales de France et de Navarre, on ne les retrouve plus que dans quelques régions de moyenne montagne au sein desquelles les céréales sont encore utilisées pour la nourriture des animaux et donc non triées et peu ou pas traitées.

Les espèces les plus menacées ou qui ont subi les plus intenses régressions partagent souvent les même traits biologiques :

  • durée de vie des graines très courte (1 ans pour la Nielle ou pour la Garidelle), la jachère ou la culture fourragère par assolement était d’ailleurs un moyen de lutte contre la prolifération excessive de ces espèces avant la révolution agricole récente ;
  • compétitivité diminuée en proportion des apports d’engrais. Ce sont en effet des espèces qui supportent plutôt des sols assez pauvres ;
  • adaptation très poussée au cycle cultural, ce qui les élimine directement dès qu’un seul paramètre change dans le mode de culture.

De nos jours, n’ayant plus d’habitats primaires au sein desquels se replier, les populations des espèces de plantes messicoles s’éteignent de départements entiers ne survivant plus que dans quelques régions où l’agriculture extensive garde encore une place : Grands Causses, Haute-Provence, Cerdagne, etc. A basse altitude dans les grandes plaines céréalières, les parcelles de céréales riches en messicoles sont, en effet, devenues rarissimes.

Parcelle très riche en messicole à basse altitude dans le Gard (présence de Legousia speculum-veneris, Valerianella echinata, Asperula arvensis, Adonis annua, etc.)
Parcelle très riche en messicole à basse altitude dans le Gard (présence de Legousia speculum-veneris, Valerianella echinata, Asperula arvensis, Adonis annua, etc.)

Comment trouver des espèces messicoles ?

  • repérer un champ de céréales au sein duquel on aperçoit des bleuets ou des coquelicots. Leur présence est systématique dans les parcelles au sein desquelles on observe des messicoles rares. Cependant, la proposition réciproque n’est pas forcément vraie : là où l’on trouve coquelicots ou bleuets, il n’y a plus forcément les espèces les plus rares de messicoles.
  • au sein de ce champ, scruter surtout dans les coins de la parcelle où la diversité en messicole a le plus de chance d’être maximale du simple fait de la moindre intensité des traitements phytosanitaires ou des amendements.

    Miroir de Vénus (Legousia speculum-veneris), une campanulacée messicole que l’on ne rencontre plus que dans les « coins » des parcelles cultivées de manière intensive
    Miroir de Vénus (Legousia speculum-veneris), une campanulacée messicole que l’on ne rencontre plus que dans les « coins » des parcelles cultivées de manière intensive

Participation à l’encadrement écologique du chantier Artère de l’Adour

NYMPHALIS sort d’une mission de 4 semaines d’assistance technique à l’encadrement écologique du chantier Artère de l’Adour, projet de canalisation enterrée de transport de gaz naturel entre Arcangues (Pyrénées-Atlantiques) et Coudures (Landes) porté par l’acteur gazier européen TIGF.

La mission a consisté à encadrer les équipes de chantier de la maîtrise d’œuvre au niveau des passages en souille des cours d’eau. Plusieurs étapes critiques pour le cours d’eau ont été supervisées afin de garantir l’innocuité de l’intervention de mise en place de la canalisation :

  • pêche électrique préalable entre deux filets afin de sauvegarder la faune piscicole du tronçon,
Pêche électrique
Pêche électrique
  • préparation du by-pass de dérivation du cours d’eau à l’aide de pompes et batardeaux,
Pompage by-pass
Pompage by-pass
  • tri des terres des berges et du lit du cours d’eau en vue de les replacer lors de la reconstruction du lit,
  • mise en place et surveillance de l’épandage des boues en fond de fouille qui doivent être décantées avant un éventuel rejet au cours d’eau en aval,
Filtre épandage bidim
Filtre épandage bidim
  • mise en défens des zones humides en dehors des emprises et veille au niveau des barrières à batraciens mise en place lors de l’ouverture des pistes quelques mois auparavant,
Barrière à batraciens
Barrière à batraciens
  • mise en place de bouchons d’argile en fond de fouille afin d’éviter le drainage le long de la canalisation,
Bouchon d'argile
Bouchon d’argile
  • remodelage des berges et du lit du cours d’eau, ouverture des batardeaux et arrêt de la pompe du by-pass,
  • restauration et préservation des berges à l’aide de nattes coco et ensemencement,
  • protection du cours d’eau, avant la remise en état finale de l’emprise des travaux, afin d’éviter le colmatage du lit par des boues issues de la piste : confection de cunettes, filtres à paille, merlons de bassins de décantation, etc.
Protection cours d'eau après chantier
Protection cours d’eau après chantier

Ce partenariat est le fruit d’une collaboration avec le bureau d’études SIMETHIS et DLE Spécialités.

Cette mission a permis d’enrichir les connaissances des écologues de NYMPHALIS dans la perspective de proposer des mesures d’évitement et de réduction les plus opérationnelles possibles.


NYMPHALIS est impliqué dans le développement des énergies renouvelables

Nous avons le plaisir d’être depuis ce début de printemps, impliqué dans plusieurs études écologiques portant sur des projets de développement de parcs éoliens en région Poitou-Charentes et Aquitaine.

Cette implication est le fruit de partenariats réussis entre plusieurs bureaux d’études naturalistes et environnementalistes. Cette coopération présente l’avantage de faire appel à des personnes compétentes dans leurs domaines respectifs dans l’optique de traiter convenablement l’ensemble des thématiques environnementales. Elle présente aussi l’avantage certain d’un partage d’expériences et de compétences dans une optique d’échanges constructifs favorable à la conception progressive et itérative d’un projet de moindre impact environnemental.

Enfin, NYMPHALIS va avoir très prochainement l’occasion de tester sa méthode d’évaluation des besoins compensatoires dans le cadre d’un dossier de demande de dérogation « espèces protégées », qui, après un calibrage nécessaire, pourra être mise à profit dans le cadre d’autres dossiers.

Eolienne - Nymphalis

Eolienne - Nymphalis